A propos des fréquences

J' ai des tops, mais d'où viennent-ils ?

Pourquoi faut-il être prudent lorsque nous sommes plusieurs à utiliser simultanément nos émetteurs et récepteurs ?

 

On pourra trouver des explications plus techniques des phénomènes en présence et les solutions qui sont proposées sur le site très documenté du club "Épervier du sud Luberon" à l'adresse : http://epervier.sudluberon.free.fr/regles/index.html

Contentons nous de quelques remarques pour connaître le pourquoi d'un refus d'émettre indiqué par un responsable de régie-radio. (il en est de même si l'on est au moins deux pilotes sur un même site).

  Le phénomène d'intermodulation par deux fréquences en émission.

Lorsque se côtoient des antennes émettrices, le signal d'un émetteur peut s'introduire dans une antenne voisine et engendrer des signaux dits d'intermodulation dans le premier émetteur.
Dans les bandes de fréquences que nous utilisons, les fréquences d'intermodulation engendrées par deux fréquences A et B se calculent comme les résultats de : ( 2A - B ) ou ( 2B - A ).

exemple :  les fréquences 41.060 et 41.100 sont en émission. Elles vont engendrer, avec un signal plus faible cependant, des fréquences d'intermodulation de 41.020 et 41.140. En toute prudence ces fréquences sont donc à éviter en présence des deux premières.

Si l'on veut prévenir complètement ce phénomène, une troisième fréquence doit également être bloquée : celle qui est intermédiaire, soit ( A + B )/2 car elle pourrait inter moduler avec A ou B. Pour notre exemple : 41.080
En effet elle intermodulerait avec le 41.060 pour donner du 41.040 et du 41.100 (qui est déjà en émission) ou avec le 41.100 pour donner du 41.120 et du 41.060 (qui est aussi déjà en émission)

  L'intermodulation "indirecte" par fréquence image.
Lorsqu'une émission est active avec nos émetteurs, elle émet sur sa fréquence nominale mais son récepteur peut détecter également une fréquence dite "image" décalée de -910 kHz.
exemple : le récepteur en 41.140 réagit également au 40.230
Si un autre émetteur produit du 40.230, ce récepteur sera bien entendu perturbé, ne sachant quel signal utiliser. Mais cette fréquence est légalement inutilisée en Europe.
En effet, si l'on tient compte de TOUTES les fréquences autorisées en Europe et tous pays confondus, les émissions se font dans les plages suivantes :
26.815 - 26.945
26.965 - 27.275
35.000 - 35.910
40.575 - 40.985
41.000 - 41.200
72.210 - 72.490
 
Les réceptions d'images correspondantes sont alors dans les plages -->
  25.905 - 26.035
26.055 - 26.365
34.090 - 35.000
39.665 - 40.075
40.090 - 40.290
71.300 - 71.580

Seule la 35.910 pose un problème mais dans les pays où elle est autorisée, le 35.000 est interdit.

Les fréquences autorisées en Europe semblent bien organisées. cependant, si l'on prend en compte les phénomènes d'intermodulation pour l'exemple précédent et qu'un émetteur est activé en 40.685, il va inter moduler avec le 41.140 pour produire les fréquences 41.595 et 40.230, cette dernière pouvant perturber le récepteur en 41.140 ; il est donc indispensable d'interdire l'émission en 40.685 dans ce cas.
(On remarquera que 40.685 est une fréquence légale et que le 41.140 est tout aussi légale en France, faites le calcul ! )

  L'écart entre deux fréquences en émission.
Aucune règle ne saurait prévaloir. Chacun comprendra que seule la qualité des modules (émission comme réception) permettrait d'assurer à la fois une sélectivité et une constance du signal par rapport à une fréquence nominale.
Seuls des essais in-situ (et pendant un certain temps) pourront éviter les "bavures".